Accueil arrow Résistances 1: Marc, 1917
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Créé le 24 Mars 2006
à La Baleine qui dit « Vagues », Marseille
élu « meilleur spectacle de la saison 2005-2006 par le public. »



« Quand j’étais petit, j’avais un ami qui s’appelait Marc… » C’est ainsi que commence l’évocation mêlée d’un maître de la parole aujourd’hui disparu et d’un jeune poilu imaginaire, résistant par hasard ou par amitié. La mort d’un camarade de combat lui fait détourner une valse parisienne connue de tous pour en faire la Chanson de Craonne, et l’insupportable condamnation d’un autre le fait basculer dans une lutte imprévue : il passera la nuit à parler, à chanter au milieu des tranchées, jusqu’à ce que plus personne ne puisse ignorer la Chanson et la révolte qu’elle porte. Et la tragédie s'achève sur la mort de Marc, dont la dernière pensée, face au peloton d'exécution, aura été pour son épouse, Amélie.

« J’irai demain, quand il n’y aura plus personne
Devant le monument, cadeau des assassins
J’irai chanter pour lui la Chanson de Craonne
Pour que vive la mémoire et l’orgueil des mutins. »


Alors, conte ou chanson ? Anecdote personnelle ou épopée universelle ?

Dansant, pied léger, sur le fil de la tragédie, François Godard transforme l'Histoire en histoires, le banal héroïsme s'incarne, prend vie dans une humanité bouillonnante et avide de mots, avide de parole et de mémoire. La musique et la chanson, très présentes puisqu'elles sont au coeur du sujet, insufflent tendresse et dérision mais aussi un rythme implacable, et donnent toute sa dimension épique à cette quête éperdue de vie.

<

 
Article du blog "Mardi ça fait désordre", 26 juillet 2011
 
Non , Non et Non, nous ne sommes pas des collabo…
A propos de « Résistances 1. Marc 1917 » de François Godard – Musique de l’Inquiétant Suspendu

Imaginez un conteur magnifique, nourri par la force des mythes et épopées qui ont scandé l’histoire de l’humanité et qui veut apporter sa pierre aux combats que mènent les peuples contre l’injustice, le mensonge et le mépris. A travers l’idée de résistances, il va prendre le temps qu’il faut pour écrire , mettre en scène avec les meilleurs complices qui soient, une saga familiale haute en couleur découpée en 7 épisodes. Courez à l’Espace Jemmapes voir le premier épisode écrit, réalisé et dit pat François Godard , relatif aux combats des poilus contre l’absurde.

« Marc 1917 est le 1er épisode du cycle Résistances accompagné musicalement par l’Inquiétant Suspendu.
L’histoire d’un jeune poilu, résistant par hasard ou par amitié qui détourne une valse populaire parisienne connue de tous pour en faire la Chanson de Craonne, et à travers lui, l’histoire tragique des insoumis de Craonne en 1917 contre l’absurdité de la guerre.
« J’irai demain, quand il n’y aura plus personne devant le monument, cadeau des assassins J’irai chanter pour lui la Chanson de Craonne Pour que vive la mémoire et l’orgueil des mutins ».

A l’époque du zapping généralisé, créer une véritable chanson de gestes où la désobéissance devient synonyme de dignité est à marquer d’une pierre blanche. Ce travail initié depuis plus de 10 ans est un acte de foi dans l’humanité et surtout dans sa capacité de prendre un jour ( que l’on espère prochain) son destin en main. La créativité du langage adopté est en cohérence totale avec l’objectif poursuivi. Paroles et musique auteurs à part égale de ce récit, se respectent et s’appuient l’une sur l’autre pour concevoir un tout qui s’adresse au plus grand nombre en élevant le propos. Résistances, parle, chante, musique avec bonheur. Ceux qui ne veulent prendre que du bon temps le peuvent , mais sans démagogie le récit dit également qu’il n’est pas interdit de réfléchir, pire, qu’il n’est pas interdit de réfléchir en s’amusant. C’est là que le propos devient subversif et d’une modernité affirmée. Pourquoi donc faudrait-il obligatoirement souffrir pour faire avancer le monde ?